Une autre vision du voyage

Seriez-vous d’accord de prendre le train ou de venir en covoiturage à la retraite du Cercle Enchanté ?

Seriez-vous d’accord de prendre le train ou de venir en covoiturage à la retraite du Cercle Enchanté ?

 

Le Cercle Enchanté repose sur un parti pris : celui d’être socialement et écologiquement engagé. Nous croyons que l’exploration de l’improvisation vocale et corporelle et de la connexion humaine peut être facilitée par la mise en place d’un cadre de valeurs. En tant qu’association culturelle, Le Cercle Enchanté œuvre notamment pour la protection de la nature.

Idéalement on voudrait que ce soit les structures et non les individus qui se fassent les acteurs d’une telle ambition, mais nous croyons très fort au pouvoir de l’action individuelle pour créer le monde dans lequel nous voulons vivre. Le Cercle Enchanté, à sa petite échelle, s’engage à contribuer à ces actions qui viennent du bas.

Notre demande de venir à la retraite en train ou en covoiturage (sous-entendu, sans prendre l’avion  et en évitant la voiture individuelle) découle directement de cet engagement.

Nous avons conscience qu’une telle demande est contraignante. Elle demande (c’est le cas de le dire) pour certain.e.s plus d’organisation. Plus de temps. Plus d’argent (mais pas toujours). Et à elle seule, cette demande ne va pas changer l’ordre du monde. Mais elle peut y contribuer, et, pour nous, c’est tout ce qui importe.

Cette demande n’est pas une obligation. Aucune vérification ne sera faite pour s’assurer que vous avez bel et bien pris le train ou voyagé en covoiturage. Cette demande est une invitation. Si vous êtes venus jusqu’à la lecture de ces lignes c’est que l’initiative du Cercle Enchanté vous parle et que vous vous reliez à la force de vie qui l’anime. Notre invitation, si vous décidez de vous inscrire à cette retraite, est de prendre soin de cette force de vie. Savoir que vous prenez le train ou voyagez en covoiturage nous aide à continuer à alimenter le feu qui attise Le Cercle Enchanté.

Alors évidemment, il y a ceux.celles qui viennent d’outre-mer. Vous n’aurez peut-être pas le choix de prendre l’avion, mais comment ce serait pour vous de rester sur place – nous voulons dire sur terre – quelques semaines avant de repartir dans vos contrées lointaines plutôt que de faire un aller-retour aérien le temps de la retraite, certes enchantée, mais quand même ?

Pour ceux.celles qui suivront cette dynamique, une plateforme de covoiturage sera créée au cours du printemps pour vous permettre de trouver plus facilement vos compagnons de voyage.

Avec enchantement,

Le Cercle Enchanté

Si vous souhaitez cheminer par rapport à votre positionnement sur la responsabilité individuelle et le changement climatique, nous vous recommandons chaleureusement la lecture des articles et livres suivant :

  • Broome (2012). Climate matters: Ethics in a warming world (Norton global ethics series). WW Norton & Company
  • Hiller (2011). « Climate Change and Individual Responsibility », The Monist, Vol. 94, No. 3, Morality and Climate Change, p. 349-368
  • Nolt (2011). “How harmful are the average American’s greenhouse gas emissions?”. Ethics, Policy and Environment, 14(1), https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/21550085.2011.561584
  • Parncutt (2019). « The Human Cost of Anthropogenic Global Warming: Semi-Quantitative Prediction and the 1,000-Tonne Rule », Front. Psychol., 2019, https://doi.org/10.3389/fpsyg.2019.02323
  • Parfit (1984.) Reasons and Persons, Oxford University Press
  • Sinnot-Armstrong (2005), « It’s Not My Fault: Global Warming and Individual Moral Obligations », in Perspectives on Climate Change: Science, Economics, Politics, Ethics Advances in the Economics of Environmental Research, vol.5, p. 293–315
  • Vanderheiden (2008). Atmospheric Justice: A Political Theory of Climate Change, Oxford University Press